Home / Homélie du dimanche / Pentecôte 2020

Pentecôte 2020

Partager

Textes : Acte des Apôtres 2, 1- 11 ; 1 Corinthiens 12, 3b-7. 12- 13 et Jean 20, 19- 23.

Frères et sœurs, Shaloom !

La fête de la Pentecôte intervient cinquante jours après la Pâques. Dès aujourd’hui, nous allons enlever le Cierge pascal, signe que nous entrons dans le temps ordinaire, le temps le plus long de l’année liturgique. C’est le temps du témoignage ; le temps qui doit nous permettre de vivre notre foi en Jésus ressuscité. Devenons alors des porteurs et des porteuses de joie du Ressuscité dans nos différents milieux.

La Pentecôte est la fête de l’unité pour tous les chrétiens. Le Seigneur nous envoie l’Esprit Saint pour rassembler son peuple dans l’unité. L’unité est le signe qui témoigne de notre amour pour le Christ et pour nos frères, les hommes. Dans la prière sacerdotale (Cf. Jn 17), le Seigneur prie pour l’unité : « Père que tous soient un ». Ce souci de l’unité doit nous caractériser dans notre manière de penser, de parler et d’agir.

A la différence des gens de Babel qui voulaient l’uniformité, le Seigneur veut l’unité dans la diversité. Nos différences, loin de nous diviser, constituent une force pour la croissance de la communauté.

L’Esprit unit les hommes et les femmes qui le reçoivent pour garder ferme leur foi en Jésus-Christ. L’unité de l’Esprit n’est pas construite des mains d’homme, mais elle est donnée par Dieu.

L’Esprit que les Apôtres ont reçu le jour de la Pentecôte préfigure le don de l’Esprit que chacun de nous reçoit au Baptême et à la confirmation, ainsi que dans d’autres sacrements. Nous le recevons pour avoir la force d’annoncer le Christ partout dans le monde. Cet Esprit nous rend fidèles à Dieu, car la fidélité est la plus belle expression de l’amour. Fidélité à nos engagements.

L’homme qui est habité par l’Esprit Saint parle des merveilles de Dieu. Car le langage de l’Esprit est celui de l’Amour. L’amour n’a pas de frontières. Il est l’expression du cœur qui se traduit par des gestes et des signes trouvant sa source en Dieu.

Aujourd’hui, nous sommes appelés à comprendre qu’il y a diversité de dons, mais c’est le même Esprit qui agit. Comme le corps humain, l’Eglise a beaucoup de membres qui peuvent avoir des dons différents, mais le tout concourt à l’unité.

La diversité de don ne peut pas nous pousser à la jalousie ni à la convoitise. L’acceptation mutuelle de don et charisme que le Seigneur donne à Jacques, à Pierre, à Antoine, à Pauline, à Marie, doit raffermir notre communion fraternelle. Car le Seigneur  donne à chacun selon ses capacités.

Rappelons qu’il y a une différence entre le sacrement de confirmation et l’effusion de l’Esprit Saint. La confirmation comme sacrement fait de nous des témoins du Christ. Le don de l’Esprit Saint rend le confirmé capable de devenir « le sel de la terre et la lumière du monde » (Mt 5, 13- 14), de témoigner par sa vie et ses actes de Jésus-Christ afin que tous remarquent : c’est un chrétien qui parle et agit ici. L’effusion de l’Esprit n’est pas un sacrement. Elle intervient dans le parcours de tout membre de l’Eglise qui vit dans le Renouveau Charismatique, et qui, au bout du séminaire de sept semaines, veut réveiller l’Esprit Saint reçu au baptême et à la confirmation. L’enseignement dispensé l’aide à redécouvrir qu’il dispose des dons à mettre au service de la communauté.

C’est la raison pour laquelle un chrétien qui n’a pas encore reçu la confirmation ne peut pas recevoir l’effusion.

La Pentecôte nous fait comprendre l’inculturation du message chrétien. Aujourd’hui, chacun écoute la messe en sa langue et exécute ses chants en rendant grâce à Dieu. La langue est l’âme d’un peuple. Par la langue, l’homme communique ses us et coutumes.

A l’heure actuelle, chaque nation écoute la Parole de Dieu dans sa propre langue, et accepter que chacun parle sa propre langue signifie que tous les hommes ont une valeur, une originalité, une histoire, mais aussi que chaque langue a sa pierre  à poser pour exprimer la richesse du mystère du Christ.

En clair, la Pentecôte, c’est prendre une vive conscience que nous sommes une communauté, mais une communauté tournée vers le dehors, poussée par l’Esprit à la rencontre de chaque homme et de tous les peuples. Les chrétiens ne sont pas faits pour rester seulement entre eux.

L’extrait de l’évangile de saint Jean est très pédagogique. Regardons les disciples. Au départ, ils ont peur. Peur de leur fragilité parce qu’ils ont perdu l’espérance et peur de leurs frères de sang. Entre nous, il y a beaucoup de barrières : la haine, la jalousie, l’antipathie, l’incompréhension, le repli sur soi-même, le mépris,  l’injustice, etc.

Aujourd’hui, la Covid-19 constitue une barrière pour des frères et soeurs. Chaque fois qu’on nous donne le chiffre des gens qui en souffrent, nous devenons inquiets. On se pose la question: Qui parmi nous est déjà contaminé et risquerait de la propager ? C’est dans ce contexte de peur que Jésus ressuscité vient aussi au milieu de nous. Il nous dit : « La paix soit avec vous. De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

Aux disciples, il montra ses plaies pour que la rencontre se réfère aux dialogues du passé, pour que la paix se réfère à son agonie de Nazareth, et pour qu’ils identifient le Christ de la foi à Jésus de l’histoire. Il les envoie dans la paix affronter le monde du péché, du refus et de la division en leur insufflant son Esprit.

« Allez dans la paix du Christ ». Tel est l’envoi qui clôture la messe. L’Eucharistie nous fait vivre dans la paix et la joie de Jésus. C’est cette paix et cette joie que nous sommes appelés à partager sous la mouvance de l’Esprit Saint.

Célébrer la Pentecôte, c’est reconnaître l’amour de Dieu pour toute l’humanité. Aujourd’hui, allons annoncer à nos frères et sœurs que Dieu les aime. Telle est notre mission que le Seigneur nous confie en ce dimanche de la Pentecôte.

Que l’Esprit Saint continue à purifier et à vivifier notre monde, notre Eglise et notre pays afin que sa lumière chasse les ténèbres de notre vie. Amen !

Crispin MBALA,sj.

Partager

Essayer encore

Solennité du Sacré-Cœur 2020

Textes : Deutéronome 7, 6- 11 ; 1 Jean 4, 7- 16 et Matthieu 11, 25- 30 …

Un commentaire

  1. Nous sommes vraiment édifié,…
    Merci beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.